FAQ : Questions fréquentes

Voici la réponse aux questions posées par nos clients et utilisateurs

L'entreprise


Qu'est-ce qui vous distingue de vos concurrents ?

Il y a de plus en plus d'acteurs nouveaux venus sur la marché de la découpeuse numérique individuelle. La première chose à dire, c'est que nous existons depuis 2014, et nous avons été un des premiers acteurs à proposer une découpeuse numérique opensource dès 2015. Nous sommes propriétaires de nos locaux et de notre parc de machines.

Ce qui nous distingue, fondamentalement, c'est que nous voulons avant partager notre connaissance et notre passion pour les machines numériques construites sur un mode libre et opensource :

  • il n'y a aucune "boîte noire" dans nos machines : tout est clair, expliqué ou explicable, et compréhensible. Vous avez les fichiers, vous avez les docs, etc.
  • tout est ouvert, de A à Z : vous avez les fichiers des pièces 2D, des pièces 3D, des logiciels qui sont libres. En clair, vous avez la main pour réparer la machine vous-même le cas échéant.
  • vous n'avez besoin que de ressources libres pour utiliser nos machines : les logiciels et firmware nécessaires sont tous libres et ouvert. Par conséquent, vous pouvez même les adapter et les modifier si vous savez coder.

En clair, en achetant une machine chez nous, vous n'achetez pas simplement une machine : vous achetez une machine tout en adoptant les valeurs du libre, et çà, çà change tout !

Quel est votre volume d'activité ?

Nous sommes sous le statut d'une entreprise artisanale et nous avons distribué depuis 2016 près de 300 kits de l'OMM PRO dans la France entière, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, mais aussi dans les Dom-Tom (Nouvelle-Calédonie) ou en Afrique de l'Ouest, l'Océan Indien (Madagascar).

Qu'est-ce qui caractérise votre approche "maker" ?

On aime bien dire que "nous sommes des makers, pas des commerçants " ! Fondamentalement, nous sommes avant tout des concepteurs de machines numériques qui vendons des machines que nous avons conçues et fabriquons, mais cette activité est pour ainsi dire seconde : notre compétence première est la connaissance technique des technologies impliquées, et elles sont nombreuses.

En clair, çà veut dire que si vous avez un problème technique, on vous donnera rapidement une réponse efficace et opérationnelle ! On n'aura pas besoin d'appeler le fabricant (c'est nous !) ou le concepteur (c'est aussi nous!) pour avoir l'information utile... Et on utilise nous-même quotidienement les mêmes machines que celles que vous avez commandé ! Donc, pour le coup, on connaît bien, c'est pas du "virtuel" ce qu'on vous raconte !

Et puis, comment dire, il y a un état d'esprit finalement : une fois que vous commandez une machine chez nous, c'est un peu comme "être de la famille des makers", on va pas chipoter pour une pièce qui casse ou autre... On fera ce qu'il faut pour la machine fonctionne et vous accompagner pour que vous soyez content de ce que vous arriverez à faire.

Quel est votre engagement pour le respect de l'environnement ?

A titre personnel, nous avons à coeur de respecter une empreinte carbone neutre bien que cela ne soit pas facile... et la transposition dans notre activité professionnelle n'est pas toujours simple. Ceci étant, voici les actions effectivement en place :

Activité professionnelle

  • transport domicile / travail sans émissions carbone
  • réutilisation de tous les cartonnages reçus pour nos emballages
  • utilisation préférentielle d'emballage cellulosique ou réutilisables
  • locaux non chauffés en hiver
  • utilisation exclusive de machines électriques et abonnement contrat électrique "100% renouvelables"

Machines

  • machines conçues sur le principe de l'obsolescence déprogrammée (ou perdurabilité)

Matériaux

  • pièces de structure à haute durabilité (aluminium)
  • utilisation de composite longue durée de vie et cellulosique à 70% (HPL)
  • pièces imprimées en PLA (biosourcé et biocompostable)
  • utilisation de plaques plastiques recyclables (polycarbonate)

D'une manière générale, on privilégie le "mono-matériau" recyclable.

Web

  • Serveur localisés en France et alimentés énergies vertes
  • Site statiques en fichiers texte peu gourmands en ressources serveur

Cadre de travail

  • utilisation préférentielle du bois pour les aménagements et travaux internes.
  • espace de biodiversité attenant aux locaux de l'entreprise (zéro pesticides)
  • espace d'auto-production légumière en permaculture/sol vivant depuis 2018. (zéro intrants hors matière végétale)

Utilisation de la machine

Il est un autre point non négligeable d'impact environnemental positif lié à l'utilisation de la machine elle-même une fois que l'on en dispose d'une :

  • étant capable d'usiner des matériaux cellulosiques tels que le bois ou le mélaminé, elle permet la réutilisation de "déchets", autrement dit toute plaque de bois de récupération peu devenir une pièce technique opérationnelle
  • idem pour la récupération de tous les matériaux usinables : notamment les plaques de HPL des vieilles tables de ping-pong, etc.
  • de part sa capacité de fabrication locale, la machine permet d'économiser des transports d'éléments fabriqués à l'autre bout de la planète

  • de part sa capacité de fabrication pièces "à façon", la machine permet la réparation ou le "refit" (remise en état de fonctionnement) de divers appareils ou meubles ou objets technique qui aurait été jeté sinon.

  • Electrique et en 220V (voire même 12V pour la partie numérique et les moteurs), la machine peut potentiellement être utilisée sur une installation à panneaux solaires.

D'une manière générale, nous travaillons quotidiennement à tendre vers la neutralité (voire même la négativité !) carbone de notre activité et vers la perdurabilité de nos machines, etc.

Nous avons des efforts à faire sur la relocalisation de certaines pièces, mais ce n'est pas simple si tant est que l'on veuille rester compétitif en prix.

La machine


Votre machine est-elle de qualité professionnelle ?

D'une manière générale, nous ne considérons pas nos produits de qualité "professionnelle" mais de qualité "maker", autrement dit semi-professionnel. En clair, nous considérons que l'attente des professionnels est souvent plus élevée que le niveau de qualité que nous proposons, mais ce même niveau de qualité est très appréciable et suffisant pour des usages courants non-industriels.

Notre positionnement est de dire que notre machine se situe entre "la scie sauteuse" utilisée à la main et la machine industrielle proprement dite : nous obtenons un niveau de qualité que nous estimons "semi-professionnel" accessible au plus grand nombre pour un coût très inférieur à des machines industrielles.

Pour être plus précis :

  • l'Open Maker Machine PRO permet d'obtenir une découpe avec une précision au 1/10ème de mm, y compris dans les matériaux exigents comme le HPL
  • nos plaques de structure sont elles-mêmes découpées sur une Open Maker Machine PRO et ont donc ce niveau de précision.
  • les pièces mécaniques de la machines (profilés, vis à billes, etc.) sont des pièces mécaniques classiques du marché professionnel. De même pour les moteurs, la broche, les fraises.
  • l'électronique est opensource mais répondant à un cahier des charges exigeant de niveau professionnel.

Quelles différences entre la PLUS et la PRO ?

L'OMM PLUS et l'OMM PRO sont toutes les 2 des machines de découpe numériques que nous proposons en kit à monter soi-même. Bien qu'en apparence assez proche, les 2 machines proposent 2 "ambiances" de travail assez différentes.

L'OMM PLUS est une machine de "bureau" quasiment voire d'espace de bricolage, permettant l'utilisation

Qu'est-ce qui différencie vos machines des autres machines équivalentes du marché ?

La première chose qui nous rend unique, c'est l'entraînement par vis à billes ! Cela donne une très bonne tenue des positions y compris sous forte contrainte mécanique, ce qui permet d'usiner des matériaux rigides tel que du composite HPL ou de l'aluminium avec l'OMM PRO.

Ensuite, la deuxième chose qui nous distingue, c'est le caractère libre et opensource de nos machines, ce qui vous donne accès à tous les éléments techniques utiles pour adapter, réparer ou maintenir la machine par vous-même.

Enfin, nous considérons que nos machines sont "perdurables" : elles ont une durée de vie potentielle longue, elles sont démontables, réparables par soi-même. Nous nous engageons par ailleurs à assurer la mise à disposition dans la durée des ressources techniques utiles pour que votre machine reste opérationnelle le plus longtemps possible.

Quel est le niveau de qualité des pièces de la machine ?

Bien que nos prix soient serrés, nous avons un niveau de qualité tout à fait correct pour une machine d'entrée de gamme :

  • les barres lisses inox, produits en Mayenne, sont de vrais inox : ils sont entreposés tout au long de l'année dans une anmbiance atelier, parfois humide, et il ne "piquent pas". Bref, c'est de l'inox !
  • les profilés aluminium sont fournis par une entreprise allemande
  • les pièces mécaniques sont en acier ou en inox et sont garanties 1 an
  • les pièces 3D et les plaques de structure 2D sont fabriquées par nos soins et sont de qualité "maker"
  • l'électronique est une électronique opensource, à grande diffusion

Quelle est la provenance des pièces détachées de la machine ?

Notre principe général est le suivant : on s'approvisionne au plus proche disponible. En clair, dans l'ordre, régionalement, sinon nationalement, sinon Europe, sinon Chine. Au final :

  • barres inox : produites en Mayenne, en France.
  • composite HPL : fournisseur France
  • profilés aluminium : fournis par une entreprise allemande
  • les outils de découpe (fraises) sont conçues et fournies par une entreprise française.
  • broches : achetées en Europe, fabriquées par entreprise allemande en Turquie
  • filament pour impression 3D : origine Europe.
  • pièces mécaniques : fabriquées sur mesure auprès d'un fournisseur Asie Sud-Est
  • électronique : pas trop le choix, fournisseur Asie du Sud-Est voire USA. Certaines cartes sur mesure.

Nous travaillons d'autre part avec nos fournisseurs dans une relation de fidélité au fil du temps : on ne cherche pas que le prix, on veut aussi la qualité des produits, des services, la réactivité et la coopération en cas de problèmes.

Vous dîtes "fabriqué en France"... Pouvez-vous préciser ?

Nous sommes localisés en France, en Bretagne plus précisément, dans une commune rurale qui plus est, car il nous a semblé intéressant d'y développer notre activité centrée autour des machines numériques.

Les pièces mécaniques spécifiques de la machine sont fabriquées sur place, dans nos locaux, et les produits semi-finis sont débités à dimension dans nos locaux, à savoir :

  • nous imprimons les pièces imprimées en 3D du kit
  • nous usinons les pièces de structure de la machine découpée en composite HPL
  • nous débitons à dimension les barres inox, voire les profilés ou clip aluminium
  • nous assurons certaines finitions / préparations techniques utiles pour la mise en route de la machine une fois montée.

La préparation du kit est réalisée dans nos locaux, de même que l'emballage.

Nous avons également codé en interne notre propre chaîne logicielle, générateur de trajectoire et interface machine, en France.

Nous sommes par ailleurs fabricant / concepteur de nos machines, autrement dit nous maîtrisons toute la chaine téchnique impliquée : mécanique, guidage, motorisation et entraînement, électronique de contrôle, logiciels. La conception de la machine, des pièces de structure, de certaines pièces mécaniques ou électroniques ont été réalisées par nos soins.

Notre support est localisé dans nos locaux et parle français.

Nous payons comme toute entreprise nos cotisations sociales (urssaf, retraite), nos impôts et taxes foncières, ainsi que la TVA et les taxes douanières en France. Nos revenus sont déclarés en France.

La machine comporte des pièces imprimées en 3D... Est-ce assez solide pour une découpeuse numérique ?

Première remarque : pour quoi le faisons-nous ? Et bien parce que nous sommes attaché au principe "Reprap", autrement dit à la possibilité de fabriquer soi-même les pièces spécifiques de ses machines, ce qui donnne une très grande autonomie dans la durée pour adapter, réparer, etc.

Ceci étant, les pièces ainsi fabriquées sont-elles à la hauteur ? On aurait pu nous faire ce reproche dans les débuts de notre activité où l'on n'avait pas beaucoup de recul sur la durée de vie des machines construites... Mais ceci n'est plus vrai aujourd'hui : nous avons un recul de 5 ans sur nos plus anciennes machines ainsi construites et les pièces 3D n'ont pas eu besoin d'être changées (malgré une utilisation avec des contextes de températures variables selon les saisons) ! Elles font le job comme au premier jour... et si par hasard on avait un problème... et bien il suffirait de réimprimer là ou les pièces voulues. Même côté client, sur plusieurs centaines de machines distribuées, nous n'avons pas beaucoup de demandes pour pièces 3D cassées à remplacer.

Pour être tout à fait franc et transparent, sur nos tous premiers modèles de l'OMM PRO, il y a une pièce qui était imprimée en 3D et qui a présenté un vieillissement précoce dans les mois qui suivirent (dans le cadre d'une utilisation quotidienne de plusieurs heures ) : cette pièce a été remplacée par une pièce en composite HPL équivalente et tous nos kits ont été modifiés en conséquence. Mais depuis 4 ans, aucun problème particulier sur cette pièce ou sur une autre, dans le cadre d'une utilisation de nos machines OMM PRO de plusieurs heures quotidiennement.

Cette durabilité des pièces 3D de nos kits ne sort cependant pas de nulle part :

  • nous imprimons nos pièces en PLA (biosourcé, recyclable et potentiellement biocompostable)avec une température d'extrusion du filament plutôt haute ce qui donne un excellent recuit de la couche sous-jacente et donc une très bonne fusion entre les couches successives,
  • nous imprimons avec un remplissage élevé de 70% en motif "rectilinear" ce qui donne un comportement des pièces imprimées proche de la pièce équivalente en pastique injecté,
  • les pièces imprimées en 3D sont utilisées pour des pièces de la machine ayant des sollicitations mécaniques faibles (encore que...)
  • et les pièces 3D sont traversées par de la visserie de tenue des pièces mécaniques associées, ce qui vient participer au renfort de la pièce 3D elle-même.

Bref, pour le dire clairement, les pièces imprimées en 3D "font le job", tiennent dans la durée (recul d'au moins 5 ans sur les CNC et d'au moins 8 ans sur nos plus anciennes imprimantes 3D fabriquées elle-aussi sur ce principe), et permettent de garder son autonomie technique sur la machine pour adapter / réparer, etc.

Au final, les pièces 3D imprimées sur une machine, c'est aussi çà qui participe de l'obsolescence déprogrammée !

Quelle la précision de vos machines ?

Réponse courte : La précision de la machine y compris dans des matériaux durs tel que du composite HPL est de 0.1mm ou 100µm.

Réponse longue : Les moteurs qui contrôlent la machine ont une précision de 3200 crans du tour, et chaque tour, le déplacement est de 5mm, ce qui fait une précision théorique de 1.56µm. Ceci étant, l'élasticité intrinsèque des différentes pièces mécaniques ainsi que la précision de la rotation de l'axe la broche (livré avec son certificat de test en usine) font qu'en réalité, on est à 0.1mm de précision (voire mieux, mais là c'est la valeur effective constatée).

Une des grandes forces de la machine c'est son entraînement par vis à billes : cela permet donne un très bonne précision y compris dans des matériaux rigides, là où d'autres machines perdront en précision en raison de la contrainte exercée.

Quelle est la durée de vie potentielle d'une machine achetée chez vous ?

Le plus simple est de vous répondre par les faits : nous avons un parc de plusieurs Open Maker Machine PRO que nous utilisons quotidiennement et plusieurs heures par jour. Nos modèles les plus anciens ont été construits en 2016... et cela fait donc 5 ans que çà dure !

La qualité de découpe est toujours au rendez-vous, la mécanique n'a pas souffert, les pièces 3D sont celles d'origine et ne posent aucun problème, l'électronique est toujours opérationnelle également. Il n'a été au final nécessaire que de changer une fois ou l'autre les charbons de la broche KRESS (pièce d'usure) et bien sûr la fraise occasionnellement (tous les 3-4 mois en ce qui nous concerne pour de l'usinage de composite HPL).

Bref, vu que vous n'utiliserez probablemet pas votre machine autant que nous le faisons, vous pouvez espérer que votre machine fonctionne au moins 5 ans et même probablement facilement 10 ans pour un usage occasionnel.

Les pièces détachées par contre ne sont garanties que 1 an, mais clairement, elles tiennent bien plus longtemps sans aucun problème.

Commande, paiement, choix des options


Si je résume, avec le kit de base avec outil commandé et les frais de port, je suis tout bon. Rien n'est nécessaire en plus ? (tout inclus pour faire les premiers travaux de fraisage... Sauf l'ordi biensur)?

Oui, pas de "mauvaise blague" : vous avez tout pour commencer à usiner dans le kit de base, c'est notre principe. Les options viennent compléter au besoin les possibilités, mais le kit de base permet d'usiner/fraiser une fois monté. On peut même vous fournir le système pour l'ordinateur si vous voulez mais c'est en option.

Broche, fraise, outil... je suis un peu perdu. Vous pouvez expliquer quoi est quoi ?

Comme tout domaine, le fraisage par CNC a son propre langage :

  • on appelle broche le moteur qui fait tourner l'outil, la broche dispose non pas d'un mandrin mais d'une pince de serrage
  • on appelle outil ce que l'on vient mettre sur la broche, dans la pince de serrage. C'est l'outil qui travaille la matière.
  • une fraise est l'outil qui est capable de découper de la matière en enlevant de la matière. C'est une sorte de foret qui coupe.

Que comprend l'option "tous les outils" ?

Le kit "tous les outils" contient ;

  • un jeu de 4 fraises : 1 dent 2mm, 1 dent 2.5mm et 1 dent 3.17 et 1 diamant 3.17
  • le kit PCB qui contient pointe javelot, 3 foret 0.8, et 1mm, 1 diamant 3mm
  • le cutter rotatif vinyl + 1 lame.

Qu'est-ce qui me protège en cas de problème pendant le transport de mon kit?

La première garantie que vous avez, c'est qu'en payant par Paypal, vous avez la protection de votre achat en valeur jusqu'à la livraison. Et si vous ne recevez pas votre kit, c'est à nous de prouver à Paypal que nous avons bien envoyé et que vous avez bien reçu.

Ensuite, nous utilisons un transporteur que nous considérons fiable et avec qui nous travaillons depuis plusieurs années. Même en cas de problème sur une livraison, nous avons toujours pu trouver une solution. Et pour ainsi dire, en plus de 5 années et plusieurs centaines de machines expédiées, nous n'avons jamais eu de problème réel avec eux.

Par précaution, nous n'expédions également les commandes via notre transporteur que une par une, afin d'éviter les mélanges et inversion de colis.

Enfin, nous rendons obligatoire, en complément des frais de port, le paiement d'une assurance qui garanti votre kit en valeur durant tout le transport.

Il est par contre de votre ressort de vérifier le bon état du kit à réception et surtout de signaler tout problème ou réserve auprès du livreur avec photos à l'appui. Si vous n'émettez aucune réserve à la réception, elle ne pourra pas être formulée secondairement.

Et si je ne suis pas là pour la livraison ?

Pas de problème : nous vous demandons un numéro de téléphone de contact lors de la commande et que nous transmettons au transporteur.

En général, vous serez contacté par le livreur final avant la livraison pour fixer du rendez-vous. Et si une première livraison échoue, une seconde est généralement possible. Dans le pire des cas, vos colis sont gardés 15 jours au dépôt local du transporteur dans l'attente d'instruction de votre part, et dans ce cas, nous vous mettons directement en lien avec eux.

Est-il possible de venir chercher la machine dans vos locaux ?

Oui, c'est possible sur rendez-vous uniquement : vous pouvez venir cherchez la machine dans nos locaux. Dans ce cas, vous ne paierez évidemment ni frais de port et ni assurance de transport. Par contre, que ce soit sur place et expédié, les délais sont les mêmes, et vous ne pourrez venir retirer la machine sur rendez-vous uniquement lorsqu'elle sera prête, soit dans les 10 jours suivants votre commande en général.

Vous n'êtes pas joignable au téléphone ?

Pour des raisons de praticité et de traçabilité des échanges, nous privilégions les échanges par mail. Envoi de lien vers une documentation, conseil technique, réponse aux questions, le mail est le meilleur support. Donc clairement utiliser ce canal pour toutes vos demandes et questions !

De plus, nous travaillons pour l'essentiel de la journée en atelier et répondre au téléphone est tout simplement pas pratique. Après, si vraiment on n'a pas le choix, on pourra fixer d'un rendez-vous téléphonique, mais on le réserve aux cas particuliers.

Montage


J'ai peur de ne pas arriver à monter la machine... Vous pourrez m'aider si j'ai un problème ?

Première chose à dire, c'est que nous fournissons une documentation numérique en français avec de nombreuses photos de plus de 100 pages pour chacune de nos machines. Vous pouvez les consulter avant d'acheter si vous voulez.

Ensuite, nous assurons un support mail quotidien (réponse sous 24H en général en semaine) et nous vous donnons conseils et aide pour vous aidez à résoudre les problèmes rencontrés. On vous donnnera aussi les liens vers les documentations utiles, etc.

Et d'une manière générale, on n'a jamais laissé l'un de nos clients en "rade" avec sa machine qui ne fonctionne pas : on fera ce qu'il faut pour que çà fonctionne, du renvoi des pièces de remplacement, en passant par le test de votre électronique par exemple, si ce n'est au besoin une prise de contrôle à distance de votre ordinateur connecté à la machine, pour vous aider en direct et/ou faire les diagnostics. Mais franchement, cela n'a été nécessaire que une ou 2 fois sur plusieurs centaines de machines vendues.

Pourquoi faut-il tarauder soi-même ses profilés aluminium ?

Nous pourrions livrer des profilés pré-taraudés... mais nous estimons que nos machines sont à destination de "makers" qui savent utiliser leurs mains. Et "si un maker ne sait pas faire quelque chose, il apprend !"

C'est pour çà qu'on laisse quelques petites tâches manuelles à accomplir, mais rien de bien sorcier au final. En plus on explique ici comment faire

Tout çà pour dire que le but de nos machines est aussi de faire grandir nos clients en compétence : chez nous, on appelle çà la "ré-appropriation technologique". Et après avoir monté votre machine, qui plus est en ayant du taraudé vos profilés aluminium vous-mêmes, vous verrez que vous aurez un sentiment de satisfaction réel.

En général, ceux qui "crient" au début sont les mêmes qui sont contents après coup. Aller, courage, vous allez y arriver !

Quel niveau technique est nécessaire pour construire vos kits ?

Je qualifierai le niveau technique utile ou souhaitable d'intermédiaire. Autrement dit, il faut être un minimum bricoleur, avoir quelques bases d'électricité voire d'électronique, et un savoir faire minimum en informatique (savoir installer un logiciel, appliquer une procédure détaillée, etc. ).

D'une manière générale, on est toujours plus à l'aise dans l'un ou l'autre domaine, plutôt que tel autre, mais l'important est de ne pas être néophyte en tout... L'envie d'apprendre est importante dans notre approche.

Certains profilés ont leurs dimensions inscrites au marqueur dessus... çà n'est pas très joli çà...

Oui, nous pouvons être amenés à marquer les dimensions de certains profilés au marqueur directement sur l'aluminium à la fois pour nous faciliter la préparation des kits et vous faciliter le repérage des pièces. Mais bien évidemment, il n'est pas prévu que ces inscriptions restent ainsi une fois la machine montée !! Imbhiber simplement un chiffon ou du sopalin avec un peu d'alcool à brûler et frotter un peu sur le marquage : çà s'effacera sans problème.

Montage initial électronique : Quel conseil donnez-vous ?

Pour le montage de l'électronique, prenez vraiment le temps de bien faire la masse logique commune. C'est souvent la cause des problèmes si elle est mal faîte.

Installation de la machine


Je prévois de mettre la machine montée dans mon garage où la température n'est pas très élevée en hiver. Est-ce que cela pose un problème ?

Non, pas de problème particulier. Les machines, l'électronique, les moteurs sont plutôt robustes à l'usage et nous avons par exemple plusieurs CNC que nous laissons toute l'année dans le même atelier qui n'est pas très bien isolé (de 0° l'hiver à 30° l'été) avec même un peu de poussière et d'humidité ambiante parfois... : même dans ces conditions les machines fonctionnent très bien au fil du temps et nous avons à présent un recul de 5 ans quasiment pour les plus anciennes, en usage quasi-quotidien. Le conseil que je donne cependant : être au sec ! Le seul problème véritable serait des impacts d'eau directement sur la machine (moteurs, électronique). Mais si vous êtes au sec, pas de souci.

Mise en route intiale de la machine


Voilà, j'ai fini le montage, mais lorsque j'essaie de faire des mouvements, les moteurs vibrent mais ne tournent pas

Les phases de vos moteurs doivent être mal câblées :

  • en interne, un moteur pas à pas, c'est 2 bobines : vous devez détecter les fils qui vont 2 à 2 ensemble, à l'aide d'un ohmètre. Le faire sur le bornier moteur débranché de l'étage.
  • une fois que vous avez bien repéré les bobines, mettre la première sur A+/A- et l'autre sur B+/B-.
  • Tester les rotations à nouveau. Si une fois fait, les moteurs vont dans le mauvais sens, si on appelle 1234 les câbles, recâbler en 4321.

De façon plus détaillée :

Le point important, c'est le câblage des phases des moteurs. COncentrez-vous sur un seul étage pour le moment, le X par exemple.

Les phases, c'est l'équivalent de 2 bobines en interne dans le moteur. Les 4 câbles sont donc en contact interne 2 par 2. Débranchez le bornier des phases moteurs et vérifier que vous avez bien les 2 premières en contact au ohmètre. Les 2 autres doivent aussi l'être. Si vous n'avez pas les phases en contact, modifier de façon à avoir les 2 fils de la première phase sur les 2 premiers borniers et les 2 autres ensuite.

Une fois fait, rebrancher. Tester la rotation :

$X (pour délocker)
G1 X10 F500

Le chariot doit s'éloigner du endstop. Si il fait l'inverse : le moteur tourne en sens inverse. Dans ce cas, si on appelle 1234 les câbles moteur, recâbler en 4321 au niveau du bornier.

Si le moteur ne tourne pas ou fait une distance erronée :

  • vérifier que les switchs du moteur sont bien réglés en 1/16 de pas à savoir tous à OFF et le 3 à ON
  • vérifier le câblage du 0V logique commun qui est probablement mal fait.

Faîtes idem pour tous les étages.

Une fois que c'est OK pour les moteurs, passer au test des endstops, d'abord en manuel par 2 appuis successifs sur chaque endstop puis en laissant les chariots décencher.

Point essentiel pour toutes les manip' : soyez assez loin des extrémités de la VAB pour ne pas risquer de désengager l'écrou des vis à billes.

Quel conseil pour la mise en route de la machine ?

Une fois la machine opérationnelle, ce que je vous conseille, c'est de faire avant tout une génération de GCode de quelque chose de simple et de placer la machine en position médiane en X et Y et le Z au dessus du martyr et lancer le GCode, broche éteinte, à vide. De cette façon, vous vérifierez que la machine fonctionne bien, vous entendrez les éventuels bruits anormaux.

Une fois que vous avez fait çà, vous pourrez lancer une première découpe dans un matériau tendre, type médium, en plusieurs passes de 2 ou 3mm. Côté vitesse avance, rester sur du 600mm/min et en rotation, avec une fraise diamant, mettez sur vitesse 6.

Utilisation de la machine opérationnelle


Quels sont les scénarios d'utilisation de l'OMM PRO ?

Différents cas de figure parmi nos clients :

  • des particuliers qui utilisent la machine pour leurs besoins personnels : modélisme, meubles,
  • des entreprises individuelles d'artisanat qui achète une de nos machines pour automatiser certaines tâches chronophages et/ou gagner en rapidité de production sans augmenter les stocks (fabrication numérique)
  • des écoles d'ingénieurs, lycées qui intègrent la machine dans les activités pédagogiques
  • des fablabs qui utilisent nos machines pour la fabrication à la demande
  • des TPE qui achètent nos machines pour internaliser leurs coûts de fabrication actuellement externalisés.
  • des individuels qui envisagent de lancer une activité de fabrication et veulent valider leur concept / projet

Au final, une grande diversité de scénario où l'acquisition d'une machine numérique low cost et open source est un choix pertinent.

Quels sont les usages pertinents de la machine ?

La machine est pertinente pour :

  • la découpe de petits meubles en bois naturel, mélaminé
  • la découpe de pièces de modélisme, des bois tendres au bois durs et même l'époxy ou le carbone
  • la marquetterie
  • la gravure de lettre et motif en relief sur bois ou matières plastiques bicolores
  • la découpe de pièces techniques de machines en composite
  • la fabrication de jeux en bois, de jetons et accessoires en bois ou en plastique
  • la découpe / gravure de façades d'appareillages
  • la découpe de moules pour plastique
  • la découpe de profils pour planche de surf, body, etc.
  • etc.

Peut-on travailler plusieurs heures d'affilées avec la machine ?

Vous pouvez travailler plusieurs heures sans problème. Nous le faisons sans souci quotidiennement sur notre parc d'OMM PRO.

Par contre, attention à la sécurité : utiliser une CNC, cela mobilise l'attention et nécessite une bonne concentration. Vous ne devez pas utiliser la machine si vous n'êtes pas en forme, fatigué, etc. En pratique, quand vous commencez à faire des manip' foireuse... il vaut mieux s'arrêter et faire une pause !

Est-ce que je vais pouvoir usiner en 3D avec la machine ?

En soi la machine est surtout efficace pour travailler en 2D, autrement dit, découpe / évidement de pièces "à plat". Il est également assez simple de faire de la 2.5D, à savoir des opérations successives en 2D (en "marches d'escalier" si vous voulez.

La 3D est possible en théorie mais c'est plus compliqué d'un point de vue logiciel, long, les manipulations sont plus compliquées et le niveau de finition n'est pas forcément extraordinaire à mon goût. J'ai personnellement tendance à rester sur l'impression 3D pour créer des pièces 3D.

Le 4ème axe n'est pas disponible en fraisage, uniquement en cutter rotatif. La partie logicielle également pour du 4ème axe n'est pas opérationnelle en libre à ma connaissance.

La découpe d'une pièce prend plusieurs heures ? Est-ce normal ?

La réponse "cash" :

  • si vous faîtes de la 2D, clairement non, ce n'est pas normal.
  • si vous faîtes de la 3D, oui, çà peut vite monter.

Vous parlez de plusieurs heures pour combien de pièces ? Le temps d'usinage est impacté par plusieurs paramètres :

  • paramétrage d'usinage, vitesse d'avance, profondeur, nombre de passes etc
  • le nombre de points est essentiel dans la vitesse de progression.

Si vraiment vous avez un doute, faîtes une courte vidéo de la gravure par exemple et envoyez-là par mail, je pourrai vous dire si c'est "normal" ou trop lent.

Les moteurs chauffent : est-ce normal ? que faire ?

En usage normal, les moteurs peuvent à la rigueur être tiède, mais pas franchement chaud, ce qui serait le signe d'une intensité de phase trop élevée. Dans ce cas, vérifier le réglage de l'intensité de phase de l'étage moteur qui doit être calé sur 3A voire 3.5A.

Sinon, d'une manière générale, pour éviter les chauffes inutiles, lorsque la machine ne travaille pas, mettre l'alim moteur hors tension. Dans le cas contraire, les moteurs seront alimentés et chaufferont.

Pour mémoire, le réglage de l'intensité moteur se fait via les switchs de l'étage moteur. Vous pouvez éventuellement baisser un peu l'intensité max (3.5A/phase possible en théorie). Ceci étant, baisser IMax, c'est aussi perdre un peu en couple.

Quelle stratégie de découpe conseillez-vous ? Plateau de toutes les pièces ou pièces unitaires ?

Le mieux, en pratique, c'est de faire des pièces unitaires plutôt que des "grands plateaux" avec pleins de pièces d'un coup. La gravure doit pouvoir se faire d'une traite sans problème. Personnellement, hors erreur ou problème de découpe, je n'ai jamais besoin de faire de pause lors des découpes. Si on a des petites pièces qui demandent des usinages courts, il est facile d'en mettre plusieurs dans le fichier SVG et de générer un seul GCode.

J'ai une vibration importante sur l'axe y dans les deplacements si je laisse la vitesse 1000 donc je regle à 800 : est il possible de regler ceci ?

Certaines vitesses peuvent entraîner une résonance à une fréquence donnée, d'où la vibration, mais çà peut être ok juste en dessous et juste au dessus la vitesse en question... Une fois la vitesse de résonance repérée (elle est généralement assez identifiable), ne pas l'utiliser comme vitesse cible, se mettre en dessous ou au dessus (si vous avez des NEMA double sinon, rester en-dessous). En soit par contre, çà ne gêne pas l'usinage ni la précision. Mais effectivement, c'est mieux quand çà ne vibre pas inutilement.

Existe t il une "touche" pause ou une action pour suspendre entre deux tracés et reprendre au même endroit ?

Oui, bouton stop de l'interface qui stoppe l'evoi du GCode. Ensuite, on peut faire ce qu'on a à faire, revenir en 0,0 et relancer. Si on veut reprendre exactement là où on était, çà n'est pas simple. Le mieux est de revenir en 0,0 et reprendre de là.

Mais si ce que vous voulez faire c'est 2 tracés successifs avec le même 0, le plus simple est de faire 2 gcode et de les mettre dans le même fichier.

Est il possible de lancer un usinage avec deux profondeurs differentes ?

Oui, en faisant 2 gcodes et en les enchaînant dans un seul et même fichier. Il est facile d'enchaîner ainsi 2, 3, 4 voire plus GCode différents

Comment est defini le point de depart de l'usinage ?

C'est la position courante qui est le 0,0 utilisé pour le lancement de l'usinage si l'option est cochée dans l'interface, ce qui est le cas par défaut dans notre cas. L'origine ne changera pas si vous enchaînez des GCode automatiquement. Et entre chaque, çà revient en 0,0.  Sinon, si vous enchaînez en manuel, il faut revenir à 0,0  avec Got Xo et Goto Yo avant de lancer le nouveau GCode.

Si l'option permettant d'utiliser la position courante est décochée, alors, c'est le 0,0 machine qui est utilisé comme origine.

Pour un débattement sur Z de 80 mm, quelle est la profondeur maximale d'usinage sur Z ? Est-elle réduite du fait de l'encombrement outils/défonceuse ?

On a 70mm de débattement "vrai". La vraie limite est le bas du chariot Z car on peut régler la position de la broche sur le chariot Z de façon à avoir le plein débattement disponible pour l'usinage (= mettre la pince de broche au niveau du bas du Z). Il faut par contre disposer d'un outil qui est capable d'usiner la hauteur en question et il faut également prendre en compte la hauteur de la pièce usinée. Grosso modo, on peut usiner 35 mm à 40 mm maxi d'épaisseur.

Entretien de la machine


Quel entretien de la machine conseillez-vous ?

On peut asperger les VAB de WD40 occasionnellement. Ou une graisse blanche au silicium (en magasin brico) mais le WD convient bien.

Sinon, pour le reste, vérifier de temps à autre que vos 2 axes Y sont bien alignés (même distance au home - mettre alim moteur off pour corriger au besoin en tournant l'écrou du côté opposé au endstop)

Rien de particulier par aillleurs. C'est surtout en cas d'apparition d'une anomalie de découpe que l'on détectera un problème, qui en général, se corrige simplement.

Amélioration de la machine


Comment câbler un second étage en Y ?

Par défaut, sur la machinevous avez 1 seule étage en Y.

Si vous voulez câbler un second étage en Y : vous reprenez sur le 2ème étage toutes les connexions du premier étage Y (par exemple, PULS + du 1er et lié aà PULS+ du 2ème, etc.. Copie conforme en quelque sorte)

Et pour le moteur, vous débranchez le second moteur Y du premier étage et vous le mettez sur le 2ème étage. C'est pas compliqué si vous avez déjà l'étage Y correctement câblé.

Système informatique et poste de contrôle de la machine


Faut-il prévoir un poste informatique dédié pour la machine ?

Ma réponse est clairement oui, car en pratique, vous avez besoin de contrôler sur place la machine et de plus vous allez travailler dans une ambiance poussiéreuse : si vous utilisez votre ordinateur portable ou votre unité centrale de gamer... çà va pas le faire !!

Par contre, vous n'avez pas besoin de casser outre mesure votre tirelire pour cela. Plusieurs options sont possibles :

  • utiliser une unité centrale de récup' que vous avez probablement dans un placard ou bien à acheter à l'easy-cash du coin. Un netbook pourra aussi faire l'affaire. Dès un dualcore avec 1 Ghz sous Gnu/Linux, çà le fait. On ropose clé USB live de notre distribution Fab'bian si vous voulez le faire vous-mêmes. Sinon, l'ISO est en ligne.
  • vous pouvez potentiellement aussi utiliser un raspberry Pi ou autre mini-pc même si je pense que c'est un peu juste en terme de puissance de calcul pour générer les G-Codes, etc. Pour l'interface de contrôle de la machine c'est suffisant. Prévoir écran HDMI ou un VGA avec adaptateur HDMI par contre.
  • enfin, vous pouvez utiliser un NUC (mini unité centrale) sur lequel vous pourrez installer le système. C'est le plus polyvalent en terme d'écran (HDMI ou VGA au choix), en nombre d'USB disponibles, etc. On propose un NUC monté et pré-installé si vous voulez à la commande, "prêt à l'emploi" avec notre distro Fab'bian intallé. Procédure indiquée sur le site sinon.

Je trouve que c'est confortable de faire mes conceptions sur mon pc habituel : je suis obligé aussi de faire çà sur le poste dédié ?

Non, le poste dédié a surtout pour but d'assurer le contrôle de la machine pendant l'usinage, etc. Il peut également être pratique de pouvoir à la volée générer des GCode ou de visualiser des SVG dessus, mais pour les conceptions, vous pouvez très bien le faire sur votre pc habituel. Il suffira simplement de faire un partage de fichiers sur votre réseau local pour passer les fichier de l'un à l'autre. Voir rubrique Système > Procédures > réseau pour les détails.

Logiciels : vue d'ensemble


Quels sont les logiciels nécessaires pour l'utilisation de la machine une fois montée ?

La première chose à bien comprendre : la machine dispose d'une électronique programmée avec un "micro-logiciel", que l'on appelle firmware, et qui va décoder les chaînes de caractère qu'il va recevoir par le port série (via câble USB). En soi, l'électronique de contrôle de la machine est "transparente" ou "indifférente" à la chaîne logicielle d'amont, tant que celle-ci est capable de générer les chaînes de caractères correspondant aux commandes à exécuter par la machine.

La seconde chose à comprendre : les chaînes de caractères que l'électronique de commande de la machine est capable d'interpréter et comprendre obéissent à un formatage particulier (standard industriel), que l'on appelle le G-Code. D'un point de vue fonctionnel, le firmware programmé dans l'électronique de la machine est donc un décodeur de G-Code : c'est son rôle fondamental, reconnaître et interpréter les chaînes de GCode qu'il reçoit. On comprend du coup qu'il va falloir "donner à manger" du G-Code à notre machine pour la faire bouger.

D'un point de vue logiciel, on va avoir fondamentalement besoin pour utiliser la machine : * d'un logiciel de conception 2D (voire 3D) qui exportera la pièce à découper sous forme d'un dessin au format SVG ou DXF * d'un logiciel de génération du G-Code qui va être capable de transformer le dessin en une série d'instructions machine. * enfin, d'une interface de contrôle (ou GUI) de la machine qui va permettre de caler la position de la machine puis d'ouvrir un fichier de GCode et l'envoyer à la machine.

Est-ce que vous fournissez les logiciels utiles pour l'utilisation de la machine ?

Nous avons développé notre propre chaîne logicielle sous Gnu/Linux et tout cela fonctionne au mieux de cette façon.

Pour la conception :

  • le plus simple est d'utiliser un logiciel libre tel que Inkscape, logiciel de dessin vectoriel permettant de faire de la CAD facilement.
  • et d'une manière générale, n'importe quel logiciel 3D permet généralement d'exporter le pourtour d'un objet au format DXF

Les logiciels nécessaire pour utiliser la machine sont :

  • Simple GCode Generator : générateur de GCOde à partir SVG pour découpe ou gravure.
  • Simple GCode GUI : interface de contrôle de la machine

Clairement, notre chaîne logicielle est prévue pour Gnu/Linux.

Si vous ne voulez pas trop vous embêtez, ous proposons un système complet "clé en main". Au choix, vous pouvez :

  • télécharger l'ISO et créer une clé USB live
  • ou commander une clé USB live prête à l'emploi (15€ TTC)
  • ou commander un pc compact NUC monté avec système installé (325€ TTC)

Je suis sous Windows : quels logiciels puis-je utiliser ?

Sous Windows, vous pourrez au choix :

  • installer Debian et nos logiciels : Debian est disponible dans Windows App et/ou bien installer notre système sous Virtual Box (machine virtuelle)
  • ou bien utiliser une alternative opensource : CNCJS, bCNC ou encore Universal GCode Sender

Logiciels : Conception de pièces 2D


J'ai un miroir avec JSCUT : que faire ?

Ceci vient de la configuration du firmware prévu "façon imprimante 3D" en terme de comportement, à savoir travail en positif en X et Y. Nos logiciels ne nécessitent pas faire un miroir. Avec JSCUT çà peut être nécessaire effectivement, mais il est aussi possible de reprogrammer le firmware au besoin.

Logiciels : Génération de GCode 2D


J'ai un problème de miroir avec JSCUT : que faire ?

Ceci vient de la configuration par défaut du firmware de nos machines prévu "façon imprimante 3D" en terme de comportement, à savoir travail en positif en X et Y et négatif en Z. Comme une imprimante 3D en clair. Nos logiciels ne nécessitent pas faire un miroir : les pièces se découpent telle qu'elles sont dessinés. Avec JSCUT çà peut être nécessaire effectivement d'appliquer un miroir en conception avant de générer le GCode. Il est aussi possible de reprogrammer le firmware au besoin.

GCode


Lors de l'utilisation de la machine après l'avoir délocker avec la commande $X, lorsque j'envoie deux fois la commande : G01 X20 F600, le premier déplacement se fait bien, le deuxième déplacement ne se fait pas... est-ce normal ? Même fonctionnement pour l'axe Y.Si je réalise un déplacement positif puis immédiatement un déplacement négatif, ils se réalisent bien.

Cela dépend de ce que vous appelez 2ème déplacement. La machine est en coordonnées absolues par défaut. DOnc si vous dîtes G1 X20 et si vous refaîtes G1X20, la 2ème fois, çà ne bouge pas puisque vous y êtes... Le négatif ou en tout cas le retour à 0 fonctionnera par contre, et n'importe quelle coordonnées différente de la coordonnées courante.

Pour passer en relatif, envoyer G91 au préalable. Cette fois des ordres successifs G1 X20 seront actifs de 20 en 20. Envoyer G90 pour repasser en absolu.

Outils


Broche, fraise, outil... je suis un peu perdu. Vous pouvez expliquer quoi est quoi ?

Comme tout domaine, le fraisage par CNC a son propre langage :

  • on appelle broche le moteur qui fait tourner l'outil, la broche dispose non pas d'un mandrin mais d'une pince de serrage
  • on appelle outil ce que l'on vient mettre sur la broche, dans la pince de serrage. C'est l'outil qui travaille la matière.
  • une fraise est l'outil qui est capable de découper de la matière en enlevant de la matière. C'est une sorte de foret qui coupe.

Quelle dimension de trou minimum puis-je usiner ?

On peut usiner des trous supérieur de 0.1 à 0.2mm supérieur au dimaètre de la fraise (avec notre générateur de G-Code Simple G-Code Generator).

Par exemple, avec une fraise 3.17 (fournie par défaut dans nos kits), on pourra usiner des trous des 3.2mm.

Puis-je réaliser des trous de perçage différents avec la même fraise ?

Oui, bien sûr et c'est ce qui fait tout l'intérêt d'une fraiseuse d'ailleurs. Le minimum est le diamètre de fraise +0.1 à 0.2mm, soit 3.2mm par exemple avec une fraise de 3.17mm.

Après il n'y a pas de limite haute : 4mm, 5mm, 6.7mm... ou 152mm ou 300mm... pas de limite.

Broche


Broche, fraise, outil... je suis un peu perdu. Vous pouvez expliquer quoi est quoi ?

Comme tout domaine, le fraisage par CNC a son propre langage :

  • on appelle broche le moteur qui fait tourner l'outil, la broche dispose non pas d'un mandrin mais d'une pince de serrage
  • on appelle outil ce que l'on vient mettre sur la broche, dans la pince de serrage. C'est l'outil qui travaille la matière.
  • une fraise est l'outil qui est capable de découper de la matière en enlevant de la matière. C'est une sorte de foret qui coupe.

Vous dîtes que vous livrez une KRESS 1050 FME 1... Mais j'ai entendu dire que KRESS avait stoppé ses activités... Qu'en est-il exactement ?

La société allemande KRESS dont la réputation est excellente en terme de qualité depuis de nombreuses années, a effectivement stoppé ses activités en 2018... mais, mais... certaines de ses activités ont été racheté par une société géographiquement voisine, la société AMB qui poursuit notamment la fabrication de la KRESS 1050 FME 1, délocalisée en Turquie : c'est la même qualité en pratique et la garantie allemande. Ainsi nous continuons de proposer les KRESS 1050 FME 1 et il n'y a pas de risque d'obsolescence prématurée de votre machine.

Au pire, il existe d'autre part des alternatives de qualité comparable mais un peu plus chères, notamment la marque Marfell. Vous avez donc la double assurance avec nos machines de bénéficier d'une broche de qualité allemande, livrée avec son certificat de test en usine (désaxation de l'axe en rotation <150µm !) d'une part et d'autre part, vous êtes sûr d'avoir un matériel qui ne deviendra pas caduque dans un avenir proche.

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ?

Alors envoyez-nous un mail et on vous répondra sous 24H en général (hors fériés et WE).